Bernadette Escaffre est vice-doyenne de la faculté de théologie de l’Institut catholique de Toulouse. Elle a été le « chef d’orchestre » d’un ouvrage collectif sur le thème des Vocations, publié chez Domuni Press, en coédition avec les Presses universitaires de Toulouse.

Pourquoi ce thème des vocations ? Comment avez-vous réuni ces différents écrits ?

Les auteurs ont été réunis dans le cadre de notre cycle de Conférences bibliques organisé à l’ICT en 2015. Le thème annuel portait sur les vocations dans la Bible. Nous voulions nous intéresser à différents types de vocations, pas uniquement à des récits de vocations de personnes. Il y a par exemple un chapitre sur la vocation du peuple hébreu en général. Certaines personnes ayant assisté aux conférences, désiraient obtenir le texte et nous avons donc décidé de composer un livre à partir des différentes interventions.

Les auteurs sont assez variés : Jean-Marie Poirier est prêtre catholique et bibliste, Danielle Ellul est pasteur protestante, ancienne directrice du TEB et bibliste, Emmanuel Goulard est prêtre catholique et théologien, Corina Combet-Galland est protestante et a été professeur de Nouveau Testament à l’Institut protestant de théologie et je suis moi-même catholique et bibliste.

Comment l’ouvrage se présente-t-il ?

Ce n’est pas un livre d’actualité, c’est un recueil d’étude des textes bibliques, il y a une vraie diversité des auteurs et donc des approches. Le premier chapitre, écrit par Jean-Marie Poirier, s’intéresse à l’appel d’un peuple, du peuple élu. Le suivant, écrit par Danielle Ellul, étudie la réponse ou « non-réponse » de Jonas à sa vocation. Dans le troisième chapitre, je m’intéresse à la vocation de Pierre selon le disciple « que Jésus aimait », donc dans le quatrième évangile. Emmanuel Goulard traite ensuite les trois grâces de la vocation de Paul en mettant l’accent sur trois dimensions : appel, révélation et conversion. Il aborde ainsi l’expérience de Paul sur le chemin de Damas d’après les Actes des apôtres. Enfin Corina Combet-Galland traite la vocation en général dans le Nouveau testament sous le titre « Cheviller l’espérance au corps » : elle aborde plusieurs passages ou livres bibliques (chapitre 24 de St Luc, les premiers chrétiens et l’espérance d’Emmaüs, l’épître de Pierre, etc.) pour montrer différentes dimensions de la vocation.

Le livre se présente donc comme un parcours pour réunir différents éléments autour de la vocation. Ce qui est original c’est de ne pas traiter un seul passage mais de proposer ce parcours dans l’Ancien et le Nouveau Testament avec les apports de plusieurs biblistes, avec une dimension œcuménique.

A qui le livre s’adresse-t-il ?

À un public large, il s’agit d’un travail scientifique mais qui reste accessible, sérieux mais « lisible ». Il faut évidemment une certaine connaissance biblique. Le livre peut aussi être l’occasion de découvrir tel ou tel passage biblique ou servir de support pour la méditation, par exemple pour un temps de retraite ou pour entrer davantage dans la lecture de la Bible. Ce n’est pas forcément un recueil à lire en une seule fois, on peut lire les chapitres dans l’ordre que l’on veut. C’est un ouvrage qui peut aussi être intéressant à lire en groupe de partage biblique.

domuni-appel-de-dieu-bernadette-escaffre-BAG-23082017.indddomuni-appel-de-dieu-bernadette-escaffre-BAG-23082017.indd

Se procurer le livre