• Désir d’enfant

    9,99 18,00 
    Désirs de familles et de transmission, nouvelles formes de filiation : questions éthiques d’une brûlante actualité, questions qui se trouvent être au cœur du message biblique. On ne naît pas fils, fille, mère ou père, on le devient à force de récits : Adam et Ève, Abraham et Isaac, Marie et Jésus… Autant de tâtonnements, d’espoirs, de passages parfois douloureux, pour une venue à l’être au plus intime de la chair, dans un partenariat avec Dieu, toujours original et créatif. Laissons-nous surprendre…
  • La source théologique du droit

    9,99 27,00 
    En juillet 2014, le colloque international de Salamanque a réuni une vingtaine de chercheurs en droit, philosophie, théologie, politique et sciences sociales. Soucieux d’articuler recherches académiques et interrogations contemporaines, ce colloque a offert un moment rare de réflexion pour penser les enjeux du monde d’aujourd’hui à la lumière de la philosophie et de la théologie. Il rend compte de la fécondité et de l’actualité du sillon creusé par l’Ecole de Salamanque, initiée au XVIe siècle par le juriste-théologien Francisco de Vitoria et ses disciples. Un ouvrage pour ceux qui veulent (re) découvrir les sources bibliques, anthropologiques et théologiques de la pensée politique moderne.
  • "A l’appui d’une large bibliographie, dont de nombreux inédits, l’auteur fait découvrir aux lecteurs et aux lectrices un auteur, un homme, un prêtre, difficile à comprendre : Maurice Zundel (1897-1975). Certains affirment que celui-ci compte parmi les plus grands spirituels du XXe siècle."

    Prof. ém. M. Foket

  • La terre en Palestine/Israël

    9,99 24,00 
    Préface d'Antoine Sfeir et postface de Samir Khalil Samir

    La diversité et la complexité des situations au Proche-Orient, et tout particulièrement en « Terre Sainte » ramènent sans cesse à la question de « la terre », lieu, somme et produit d’un conflit des imaginaires entre les trois religions dites monothéistes. L’auteur explore sans peur et sans préjugé cet espace sacré et analyse tour à tour, ses représentations culturelles, théologiques et sociologiques. Il fait part égale au peuple d’Israël et au peuple de Palestine, interroge, confronte, analyse, sans jamais blesser. Ouvrage aussi troublant que passionnant, le livre de Patrice Sabater plonge dans le passé, plus encore dans l’humain, pour rendre compte du présent et penser l’avenir. Un véritable plaidoyer à l’altérité à mettre entre toutes les mains.

  • Avec Saint Jean de la Croix, nous sommes dans un “ailleurs” dont la nature même d’étrangeté nous guide sur une voie renouvelée d’exploration théologique. L’auteur vise ici à percer le mystère d’une création poétique inouïe, pour en épouser la nature mystique. Si le point de départ de la réflexion de Juliette Bordes est littéraire, c’est pour mieux conduire à la vie intérieure. C’est donc bien un ouvrage de théologie qui est offert au lecteur, une théologie “cordiale”. Elle dit la relation d’un homme à son Dieu, quête d’amour de deux êtres qui se cherchent mutuellement. Le langage devient expérience mystique, la poésie devient vie intérieure. Aussi, est-ce décrypter tout un symbolisme spirituel dans lequel le mystère reste entier.  

  • Et le désert refleurira

    9,99 22,00 

    Jean-François Arnoux, né en 1944, est prêtre du diocèse d'Autun-Chalon-Mâcon. Le désert qu'il a traversé, c'est celui de l'aplasie médullaire idiopathique, une maladie orpheline qui l'a contraint à vivre plusieurs semaines "en milieu stérile". C'est là qu'il a couché ces pensées sur Dieu, la prière le dialogue, l'Eglise et sa mission d'évangélisation... en les faisant précéder du récit autobiographique de son combat avec la souffrance. Un témoignage spirituel intense.

  • Christianisme et Cinéma

    9,99 26,00 

    Les grands auteurs du cinéma sont comme des passeurs vers les profondeurs de l’être. Joseph Marty introduit à la communion avec ces créateurs qui mettent en scène les grands symboles de l’être et les profondeurs de l’humain. Le “grand et beau cinéma” n’est pas seulement un art de la “représentation” mais une démarche d’initiation. Il ne s’agit pas d’être un “voyeur” mais un “voyant” au sens du prophète qui fait oeuvre de lumière et de vie.

  • Cet ouvrage est le fruit du colloque international organisé par l’Institut catholique de Toulouse en 2011, pour fêter le 50e anniversaire de « Totalité et infini », ouvrage-phare d’Emmanuel Lévinas. Le texte est exploré, confronté à d’autres pensées, contextualisé dans la tradition juive du philosophe, ouvert au questionnement des autres traditions religieuses…

    Responsabilité de l’humain envers autrui, envers la création; dialogue entre les religions et la philosophie; dérives politiques : tous ces enjeux contemporains prennent sens à la lumière de « Totalité et Infini ». C’est l’enseignement novateur de ce colloque.

    A lire par tous ceux qui veulent approfondir la pensée de l’un des plus grands philosophes du XXe siècle.

    A écouter aussi, l'émission "Une page ouverte", diffusée le 12 mai 2016 sur Radio Kol Aviv (Toulouse 101, FM), à propos de ce livre :

  • Le Père retrouvé

    9,99 17,00 

    "Tout le monde sait comment on fait les bébés. Mais personne sait comment on fait des papas..." Les pleurs du chanteur Stromae clament l’absence du père. Certains, jadis, s’en seraient réjouis car, au vingtième siècle, il fallait « tuer le père ». Aujourd’hui la trace du père a laissé une nostalgie : Y aura bien un jour où on y croira plus. Que s’est-il passé ? Une analyse de la culture dominante manifeste une rupture. Albert Camus en mesure les désastres dans l’Homme révolté. Et la révolte était nécessaire pour se libérer des caricatures, voire des perversions, qui recouvraient le visage de Dieu. Le mythe de la Genèse le dit à sa manière. Mais une fois que Dieu est socialement mort, selon Nietzsche, une fois que le père est tué, selon Freud, une fois que ces deux morts ont été oubliées, que reste-t-il ? Il reste à retrouver le Père, le vrai, celui dont témoigne Jésus- Christ, qui n’est pas celui que nous aurions imaginé. En retrouvant l’origine, nous retrouvons notre destination.

    "Dites-moi d’où il vient. Enfin je saurai où je vais."